Ecrie Par enag / 26 Novembre 2020


presentation_de_lenag

 

Issue de la SNED, doyenne historique post-indépendance dans le paysage socio-culturel de notre pays, l’Entreprise Nationale des Arts Graphiques par abréviation « ENAG » est instituée par les pouvoirs publics à la suite de la restructuration des entreprises en 1983.

De 1983 à ce jour, au sortir de plusieurs décennies, l’héritage de notre capital-expérience s’est considérablement fortifié, enrichi et diversifié investissant avec autant de succès que de mérite l’ensemble des branches d’activités consacré aux arts graphiques, à l’industrie, l’économie et l’exploitation commerciale du livre, de ses dérivés et de ses multiples services de proximité.

Employant, plus de 430 employés ; doté d’un patrimoine techno-structurel à l’avant garde dans ce secteur d’activités (équipements d’imprimerie, infrastructures...), notre entreprise s’est toujours attachée avec une éthique rigoureuse, une vision d’avenir et une maitrise performante de pionnière, à promouvoir, manager et produire des ouvrages :

  • de textes courants (roman, poésie, nouvelles, récits...) normés aux standards internationaux ;
  • des manuels scolaires et parascolaires et autres ouvrages didactiques aboutis techniquement et académiquement ;
  • enfin des ouvrages lourds, dits de « gros œuvre » tels : les beaux livres, livres commerciaux, bandes dessinées, les Corans et autres publication de haute définition graphique.

Forte de plus de 30 années d’expérience dans le domaine de l’édition et des arts graphiques, l’Entreprise Nationale des Arts Graphiques (ENAG) ne cesse de relever les défis en mettant sur place, ces dernières années, un nouveau plan de développement qui consiste à doter ses différentes unités de production de machines à la pointe de la technologie, et ce, dans le but d’accroitre ses capacités.

N’ayant, ainsi, plus rien à envier aux pionniers de l’édition et de l’impression dans le monde, cette nouvelle politique porte ses fruits du moment qu’une évolution considérable sur le rendement et les capacités de production de l’entreprise ont été enregistrées :

  • Dans le domaine de l’impression à feuille : la capacité d’impression par machine est passée de 2500 feuilles imprimées par heure à 12 000 feuilles imprimées par heure.
  • En matière d’impression rotative : la capacité de production est passée de 18 000 cahiers par heure à 40 000 cahiers par heure.
  • Dans le domaine de la reliure : elle est passée de 1000 exemplaires par heure à plus de 45 000 par heure. 
  • Dans le domaine des travaux de ville (labeur et continu) : sa production est passée de 25 000 passages par heure à 15 000 par heure.

En un mot, l’ENAG a été et reste le principal pilastre des arts graphiques, des métiers de l’édition et de la fabrication du livre en Algérie, et ce statut elle l’a acquis au fil des ans, par sa vocation historique, par la servicibilité de son caractère culture publique, par l’outil stratégique de son patrimoine matériel, par son capital expérience (valeur ajoutée considérable), enfin, par ses femmes et ses hommes qui partagent, à l’unisson, depuis plus de trois décennies, avec abnégation et dévouement, cette merveilleuse aventure qui lie l’esprit au livre autant que l’homme aux hommes.   

 

 

TOP